Archives du mot-clé cacahouètes

Bûche cacahuètes & chocolat, caramel de dattes, vegan sans gluten

tartebergamotte&buchecacahuette-07093

J’espère que vous avez passé un bon réveillon et je vous souhaite aujourd’hui une excellente année 2020 mais également une excellente décennie à venir respectueuse de la nature et de l’environnement Pour cette nouvelle année, essayons de redoubler d’efforts, ensemble, pour faire que ces vœux deviennent une réalité :

- Oeuvrer pour la planète et sa préservation
- Consommer moins et mieux
-  Accorder moins d’importance aux biens matériels et consacrer plus de temps à ce qui compte vraiment
- S’élever contre l’ignorance, la bêtise, la méchanceté et la haine

Pour ma part j’ai décidé de changer mon alimentation de diminuer ma consommation de viande, poisson, oeufs, et produits laitiers. Ces dernières années, de discussions en lectures, petit à petit, j’ai commencé à être un peu plus sensibilisé au Flexitarisme. Cela fait des années que je fait attention à ma consommation d’eau, à éteindre les lumières, à limiter mes déchets, me déplacer de façon écologique… et je suis étonnée que personne ne parle de l’impact de l’industrie agro-alimentaire sur la planète. Élever des animaux pour notre consommation aurait de grandes conséquences de notre environnement et de la planète : déforestation, pollution, épuisement des réserves d’eau, disparition des ressources… L’élevage serait la 2e cause d’émission de gaz à effet de serre (avant les transports) et donc du réchauffement climatique (l’industrie agro-alimentaire est responsable à elle seule de 50% des émissions de gaz à effet de serre). Selon  le site waterfootprint.org qui mesure, notamment à l’aide de données de la FAO, le fonds pour l’alimentation et l’agriculture des Nations Unies, l’empreinte écologique de toutes sortes de produits, 15 415 litres d’eau seraient nécessaires pour produire un kilo de bœuf. Pour produire un steak haché de 150 g, il faudrait environ 2500 litres d’eau ? Si on part du principe qu’une douche utilise environ 50 litres d’eau, un hamburger correspond donc à un mois et demi de douches.

Je suis en pleine réflexion. J’ai envie d’avancer doucement vers une alimentation plus respectueuse de l’écologie, petit à petit, à mon rythme, en coupant petit à petit les produits issus des animaux. C’est inéluctable et je me dis que c’est l’un des petits trucs que je peux faire à mon niveau pour préserver notre belle planète.

Pour comprendre l’impact incroyable de l’industrie agro-alimentaire sur la planète je vous recommande le documentaire Cowspiracy sur Netflix. Je vous recommande aussi The Game Changers qui brise un véritable mythe chez les téléspectateurs qui pensaient, jusqu’alors, que pour obtenir de la force physique, il fallait obligatoirement en passer par un régime basé sur les protéines animales. Il donne successivement la parole à des sportifs de haut niveau qui sont devenus vegans (dont l’ Homme le plus fort du monde selon le livre des records) et à des médecins et chercheurs spécialisés en médecine sportive, nutrition, santé…  Ce documentaire, a fait grand bruit dans le milieu du sport, montre que la viande (ni même d’autres produits animaux) n’est pas nécessaires aux sportifs de hauts niveau. Il affirme même que les performances de ces sportifs ont été nettement améliorées par une nourriture exclusivement d’origine végétale. En parallèle des considérations liées à la pratique sportive, The Game Changers envisage également le végétarisme et le végétalisme sous le prisme de la santé. Plusieurs spécialistes s’expriment sur la corrélation entre la consommation de viande et le risque cardiovasculaire. Une alimentation vegan équilibrée contribue à la bonne santé de notre cœur et de nos artères. Les végétaux ne contiennent en effet pas de cholestérol et très peu de graisses saturées. Ils apportent des fibres et des nutriments indispensables à la santé. Cela m’a fait réfléchir, et m’a donné une énorme dose de motivation pour me prendre en main et changer mes habitudes pour le meilleur. Et cela m’a aussi donné envie de me pencher sur la cuisine et la pâtisserie végétale. Ma cuisine se transforme en chantier voir laboratoire et mon pinterest se rempli de recettes à tester :D :D :D

J’ai trop longtemps boudé les haricots secs et pois chiches, noix et amandes, céréales, qui apportent en abondance protéines, fibres, glucides, lipides, minéraux, vitamines et antioxydants ; autant d’éléments qui renforcent notre système immunitaire et ont un impact positif sur notre santé. Ce que nous mangeons a aussi des conséquences directes sur le climat et l’environnement. Nous avons une seule planète, préservons-la pour tous, humains et animaux ! Soyons curieux et respectueux des autres, n’oublions pas de regarder ce qu’il se passe dans toutes les assiettes et surtout goûter à tout .

Revenons à ma recette. J’avais envie de faire pour ce réveillon du nouvel an quelque chose de très gourmand et mixer 3 saveurs que j’adore : chocolat, cacahuètes, et « caramel », tout en évitant au maximum le sucre. Le défit étant également de réaliser ce dessert sans gluten pour respecter le régime alimentaire d’un maximum de personnes.

tartebergamotte&buchecacahuette-07099

J’ai réalisé une base « crue » à base de noix de coco râpée, poudre d’amandes, dattes medjool, sirop d’érable, cacao cru et cacahouètes concassées. Un délice ! J’ai dévoré toutes les chutes de pâte en cachette (maintenant tout le monde est au courant   ). Cette base m’a permi de remplacer une base que j’aurais normalement réalisé avec des biscuits et du beurre comme pour un cheesecake par exemple, ou une génoise, qui contiennent des oeufs, et de la farine.

Concernant la crème. Pour cette bûche j’avais envie de quelquechose ressemblant à un entremet, une crème bavaroise par exemple… Il a fallu twister mes classiques appris à l’école de pâtisserie. Pour ce faire j’ai utilisé des noix de cajou, de la crème de coco et de l’agar agar. Les noix de cajou, qui font partie de la famille des fruits oléagineux, constituent une très bonne alternative pour remplacer les produits laitiers. Elle est très souvent utilisée pour son côté très crémeux. En effet la noix de cajou a la particularité de se mixer très facilement et son goût est doux. Il suffit de la faire tremper toute une nuit dans de l’eau au frigo. Le lendemain on rince et on mixe avec de l’eau et on obtient  une délicieuse « crème  » ou « lait végétal » (en fonction de la quantité d’eau) très riche en fibres, en magnésium et en nutriments que l’on peut utiliser dans de nombreuses recettes : fausses béchamel, « fautmages » (ca va du mac&cheese vegan à la raclette vegan en passant par le fromage à tartiner je vous jure !), « cajounnaise », « Faux gras « , cheesecakes, entremets, …  Oubliez les noix de cajou pour l’apéro, et réservez leur une place de choix dans vos recettes végétales ! Concernant l’agar-agar c’est  simplement un gélifiant extrait d’une algue rouge d’origine japonaise. J’utilise ce produit depuis de nombreuses années car je n’ai jamais été une fan de gélatine. L’agar agar est comme la gélatine, il solidifie les liquides pour aider à faire tenir pâtisseries et mets en tout genre. Très pratique pour les panna cotta, c’est également grâce à lui que les entremets et les bavarois se tiennent debout. L’agar-agar peut remplacer la gélatine mais attention tout de même : leurs utilisations et la façon dont ils agissent sont différentes. L’agar agar est moins utilisé en pâtisserie car il est assez contraignant : il faut le faire bouillir et il rend de l’eau à la congélation. De plus, il apporte un côté un peu cassant aux préparations alors que la gélatine préserve le moelleux. Par contre, il a l’avantage d’être végétal. Pour équilibrer mon entremet et lui donner de la rondeur et du moelleux j’ai donc utilisé de la crème de coco. Le résultat est très fondant, savoureux, et surtout, healthy, sans sucre raffinés, sans gluten et sans produits animaux ! J’ai laissé une partie à la cacahuètes et j’ai parfumé une partie au cacao pour avoir deux couches dans ma bûche.

Pour encore plus de gourmandise j’ai réalisé un insert de « caramel de dattes ». Les dattes medjool que j’ai utilisée sont très collantes et très sucrée. Saviez-vous que leur chair pouvait se transformer en caramel ? Il suffit de les mixer avec du beurre de cacahuètes et du lait végétal. J’ai ajouté un peu de sucre de coco pour la couleur « ambrée », si vous n’en avez pas vous pouvez aussi utiliser du rapadura. Désolée si je n’ai pas de coupe de la bûche pour voir cet insert mais c’est que nous avons dégusté le soir du réveillon chez des amis  Pour la décoration j’au juste mis des petits carrés de chocolat, du chocolat râpé et des cacahuètes.

Le résultat ? Peu sucrée, légère, fondante, un vrai délice au top après un repas copieux :) Chaque année, vous êtes de plus en plus nombreux à faire vos bûches maison pour épater vos invités. J’espère que cette recette vous plaira et vous donnera envie de vous lancer vous aussi dans la pâtisserie végétale. Il n’y a rien de compliqué et c’est tout autant délicieux

tartebergamotte&buchecacahuette-07086

Ingrédients

Pour le « caramel » de dattes cru :
– 60 g de beurre de cacahuètes non sucré
– 40 g de dattes medjool
– 4 cl de lait d’amandes
- 10 g de sucre de coco

Pour la base crue :
– 25 g de noix de coco râpée
– 50 g de poudre d’amandes
– Une pincée de sel
– 5 dattes medjool
– 1 CS de sirop d’érable
– 15 g de poudre de cacao cru
– 20 g de cacahouètes concassées

Pour la crème
– 150g de noix de cajou BIO (mis à tremper dans un saladier d’eau fraîche pendant 8h)
– 40 cl de crème de coco
– 10 cl de lait d’amandes
– 60 g de beurre de cacahuètes non sucré
– 60g de sirop d’agave
– 2 g d’agar-agar en poudre (soit 1 CC rase)
– 40 g cacao en poudre cru (non sucré)

Préparation :

Mettre le beurre de cacahouètes et les dattes medjool dénoyautées et grossièrement hachées dans le robot avec la moitié du lait d’amandes. Mixer et ajouter le reste de lait d’amandes petit pour ajuster la texture. Rouler une feuille de papier rhodoïd sur elle même pour faire un petit tuyau qui vous servira de moule à insert. Verser la préparation dedans, filmer et laisser prendre au congélateur au moins deux heures.

Pour la base : Placer la noix de coco râpée, la poudre d’amandes et le sel dans le bol d’un mixeur et mixer brièvement pour mélanger. Ajouter les dattes medjool dénoyautées et grossièrement hachées, le sirop d’érable, et la poudre de cacao cru et mixer jusqu’à obtenir une pâte compacte et malléable. Cela peut prendre plusieurs minutes. La pâte doit se tenir lorsqu’on la presse entre les doigts. Ajouter les cacahouètes concassées et mixer brièvement pour les incorporer à la pâte tout en gardant les morceaux. Etaler la pâte sur du papier sulfurisé en une couche uniforme et lisse de la taille du moule à bûche. Placer au frais au moins deux heures.

Pour la crème : rincer les noix de cajou qui ont été préalablement trempés pendant 8 heures. Verser dans un blender. Ajouter la crème de coco, le beurre de cacahuètes et le sirop d’agave et mixer le tout pour obtenir une consistance crémeuse. Dans une petite casserole, mélanger le lait d’amande avec l’agar-agar et faire chauffer à feu moyen pour porter à petite ébullition. Maintenir l’ébullition pendant une minute, en mélangeant régulièrement. Retirer du feu et verser immédiatement dans le blender. Mixer le tout jusqu’à obtenir une crème lisse et homogène. Corner les parois du bol avec une spatule si nécessaire, pour faciliter le mixage. Verser la moitié de la crème dans le moule à bûche. Lisser la surface avec une spatule pour la répartir uniformément dans le moule. Placer au congélateur. Ajouter la poudre de cacao cru dans le blender et la crème restante. Mixer à nouveau jusqu’à obtenir une crème bien homogène. Placer l’insert de caramel de dattes dans la bûche puis verser la crème au chocolat par-dessus. Lisser la surface à la spatule pour bien la répartir. Déposer délicatement la base par-dessus la crème. Enfoncer légèrement à l’intérieur pour qu’elle reste bien fixée ensuite. Placer au frigo pendant au moins trois heures, mais idéalement toute une nuit. Une fois prête, démoulez délicatement la bûche sur un joli plat de service.

Poulet sauce satay facile simple rapide

emilie_charignon_pouletsaté--2Si vous avez déjà goûté à la cuisine thaï, vous connaissez sûrement les brochettes de poulet sauce satay (ou saté). Celles de STREET Bangkok Local Food à Paris sont à tomber par terre. J’aimerais bien me faire aussi petite qu’une souris, et voir leur recette.

Aujourd’hui je vous propose une version en plat ultra simple et rapide à faire, sans marinade. Ce poulet satay c’est en fait une sauce à base de cacahouètes (ou cacahuètes) et de lait de coco, arrosé avec amour de coriandre fraiche et d’un filet de jus de citron vert.

Ce poulet est une tueurie : je vous aurais prévenu ! Et rien ne vous empêche de faire comme dans resto ou food truck préféré et la servir en brochettes et/ou faire mariner votre viande et servir votre sauce à part :)

Ingrédients : (Pour deux personnes)

- 1 cuiller à soupe d’huile d’arachide
- 2 beaux blancs de poulet
- un petit oignon jaune
- 1 petit pouce de galanga (ou gingembre frais)
- 1 pincée de curcuma
- 1 pincée de sel
- 10 cl de lait de coco
- 1 cuiller à soupe de sauce satay
- 3 cuillers à soupe de cacahuètes pilées
- coriandre fraiche (à votre convenance)
- 1/2 citron vert

emilie_charignon_pouletsaté-
Merci Damien pour les photos

 Préparation :

Découper les blancs de poulet en petits morceaux. Les faire revenir ensuite 10-15 min dans une poêle, dans l’huile chaude. Pendant ce temps-là, peler l’oignon et le couper en rondelle. Peler et couper le gingembre. Les ajouter au poulet et faire revenir le tout tranquillement. Lorsque l’oignon est translucide ajouter le lait de coco, et la sauce satay. Baisser le feu et laisser mijoter 5-10 mn jusqu’à ce que le poulet soit cuit. Servir avec du riz blanc thaï ou du riz gluant en arrosant avec gourmandise de coriandre fraîche hachée et d’un filet de jus de citron vert.

Snickers fait maison, au crémeux caramel et caramel coulant

Bonjour à tous, je suis de retour et aujourd’hui je vous propose une petite tuerie gustative qui fera plaisir aux petits et aux grands enfants. Il s’agit de la version fait maison des célèbres barres chocolatées aux cacahuètes ! Je l’ai ai préparé avec une pâte sablée, un crémeux caramel, du caramel coulant, et un enrobage en chocolat. La recette est un peu longue à réaliser mais le résultat est vraiment à la hauteur. Les barres se se conservent très bien plusieurs jours au frais.

J’ai été peu active sur mon blog et ma page facebook ces derniers temps, très prise par mon travail je m’en excuse !

Ingrédients :
Pâte sablée :
- 250 g de farine
- 125 g de beurre
- 70 g de sucre glace
- 1 jaune d’œuf
- 5 cl de lait

Crémeux caramel :
- 70 g de sucre semoule
- 215 g de lait entier
- 30 g de jaunes d’œufs
- 15 g maïzena
- 100 g beurre
- 1 pincée de fleur de sel
- 1 feuille de gélatine

Caramel coulant :
- 50 g de glucose
- 125 g de sucre
- 10 cl de crème liquide

Et pour le reste :
- 100 g de cacahuètes non salées
- 500 g de chocolat spécial pâtisserie (on utilisera pas tout, mais il faut minimum ce poids là pour réussir à tempérer le chocolat).
- 1 moule en silicone rectangulaire

Préparation :

Commencer par la pâte sablée : blanchir le jaune avec le sucre et détendre avec un peu de lait.  Couper le beurre en dès. Sur un plan de travail bien propre écraser le beurre, la farine et le sel ensemble en frottant légèrement les mains. Une fois que le beurre enrobe bien la farine, disposer le sablage en fontaine. Verser au centre le mélange sucre + œuf + lait. Incorporer rapidement le tout en évitant de travailler trop la pâte. Fraiser jusqu’à obtention de l’amalgame et former la boule. Laisser reposer 30 minutes au frais.

 Abaisser la pâte. Foncer des moules rectangulaires. Et cuire 10 à 15 minutes. Réserver.

Pour le crémeux caramel : commencer par réaliser un caramel à sec. Faire chauffer le sucre semoule dans une casserole à bords hauts. En même temps, faire bouillir le lait dans une autre casserole. Lorsque le caramel prend une belle couleur dorée verser le lait chaud petit à petit sur le caramel. Laisser chauffer en mélangeant de temps à en temps jusqu’à ce que le caramel soit bien dissous.
Mélanger le jaune avec la maïzena. Verser la préparation lait-caramel frémissante sur le mélange jaune-maïzena, puis reverser dans la casserole et porter à ébullition pendant 2 minutes sans cesser de mélanger, jusqu’à obtenir la texture d’une crème pâtissière. Faire tremper la gélatine dans de l’eau froide. Bien l’essorer et l’ajouter à la crème.
Laisser la crème refroidir à 40°C, puis ajouter le sel et le beurre en plusieurs fois tout en mixant à l’aide d’un mixeur plongeant.
Laisser refroidir, filmer la préparation et la placer au frais.

Commencer le montage : Mettre le crémeux caramel dans une poche à douille et le pocher sur la pâte sablée cuite, directement dans les alvéoles du moule. Parsemer de cacahouètes. Mettre le tout à prendre au congélateur.

Pour le caramel : dans une casserole à bords hauts, mettre le glucose, le sucre et l’eau et faire fondre à feu doux. Maintenir les petits bouillons jusqu’à obtenir un caramel bien doré. En même temps, faire bouillir la crème dans une autre casserole. Lorsque le caramel prend une belle couleur verser la crème chaud petit à petit sur le caramel. Laisser chauffer en mélangeant de temps à en temps jusqu’à ce que le caramel soit bien dissous. Laisser refroidir puis utiliser le caramel pour napper les snickers. Remettre au congélateur, pour bien que cela prenne.

Tempérer le chocolat : préparer un bain marie. Râper ou couper le chocolat en tout petits morceaux et le mettre à fondre doucement. Lorsqu’il est au 2/3 fondu, le retirer du feu, et mélanger à l’aide d’une spatule. Le chocolat ne doit pas dépasser les 50 à 55°. Le laisser ensuite refroidir pour atteindre une température de 27/28°. La baisse est assez lente : armez vous de patience ! Remuer le chocolat de temps en temps. Pour aller plus vite placer votre récipient de chocolat dans un autre récipient rempli de glaçons. Lorsque le chocolat est refroidi, le remettre au bain-marie pour le remonter à une température de 30/32°. Une fois votre chocolat tempéré, pour le travailler il faut le maintenir entre 30 et 32°.

Tremper les snickers un à un dans le chocolat en tapotant bien pour enlever l’excédent. Vous pouvez vous aider d’un pique à brochette. Déposer au fur et à mesure les barres chocolatées sur une feuille de papier sulfurisée. Laisser cristalliser à l’air libre. Puis conserver au frais.

Mini-Tartelette cacahouètes caramel

  2014.08.22-tartecacahouètes

Ingrédients : (Pour 12 mini tartelettes)

Pâte sucrée aux amandes
- 100 g de farine
- 50 g de beurre
- 1 pincée de sel
- 37,5 g de sucre glace
- 12,5 g de poudre d’amandes
- 20 g d’œufs

Appareil :
- 150 g de cacahouètes
- 50 g de pailleté feuilletine
- 100 g de sucre
- 80 g de sirop de glucose
- 25 g d’eau
- 150 g de crème liquide à 30% de MG
- 30 g de beurre

2014.08.22-tartecacahouète3

Préparation :

Pour la pâte sucrée aux amandes : sabler le beurre coupé en petit dès et la farine à la main ou au robot. Ajouter la poudre d’amandes, et le sucre glace. Mélanger. Ajouter les œufs et mélanger sans trop pétrir pour faire une boule. Filmer la pâte et la laisser reposer une demi heure au frais.

Abaisser la pâte, foncer des minis cercles beurrés. Mettre à cuire à blanc une une dizaine de minutes à 180°. Laisser refroidir sur grille.

Préparer le caramel en mettant le sucre et le sirop de glucose dans une grande casserole.  Ajouter l’eau et mettre à cuire. Faire chauffer la crème liquide. Lorsque le sucre prend une jolie couleur ambrée verser la crème liquide chaude (attention au projection), et remuer. Incorporer le beurre en dès. Remuer. Incorporer alors les cacahouète et le pailleté feuilletine. Disposer l’appareil dans les fond de pâte cuits, laisser prendre au frais.

2014.08.22-tartecacahouète2

Salade de papaye verte

2013

Dimanche dernier je me suis rendue dans le 13ème arondissement de Paris, dans le « CHINA TOWN » afin de faire un petit plein de produits et condiments asiatique et réaliser « Les brochettes du tigre qui pleure » que j’avais repéré sur le blog de ChinoisChezMoi un des candidats du Diner preque parfait (oui oui je ne regarde quasiment que la télé pour les émissions de cuisine !).

Dans un rayon j’ai repéré une papaye verte que j’ai immédiatement mis dans mon panier ! J’adore son goût ! Elle se prépare rapidement, est peu calorique, très rafraîchissanteet vous fait voyager en Asie ! Cela ressemble à un concombre/courge verte :

2013

Ingrédients (pour 4 personnes)

- 1 papaye verte
- 1 carotte
- 1 CS de coriandre fraiche ciselée
- 2 CS de cacahouètes

Pour la sauce :
- 1 citron vert
- 2 cuillères à soupe de sauce de poisson (nuoc nam – épiceries chinoises)
- 1/2 cuiller à café de sucre roux
- 1 gousse d’ail haché très finement
– piment (à votre goût)

Préparation :

Mélanger tous les ingrédients de la vinaigrette.

Peler et épépiner la papaye. La râper avec une grosse râpe ou la couper en julienne à la mandoline. Faire de même avec la carotte.

Servir avec la sauce, la coriandre ciselée, et les cacahouètes écrasées.