Archives du mot-clé basilic

Courge spaghetti et son pesto au pecorino

20131001_spaghettisdecourge

La courge spaghetti vous connaissez ?

La courge spaghetti est un légume-fruit. Cette courge d’hiver à chair blanche voire jaunâtre fait partie de la famille des curcubitacés (potiron, courge butternut, potimaron, courgette…).

La chair de cette courge donne à la cuisson de longs filaments fermes et peu parfumés comme les pâtes italiennes qui portent le même nom. C’est une particularité unique !

20131001_spaghettisdecourge_2

Une courge dont les enfants raffoleront surement grâce à sa ressemblance avec des spaghettis. (comment faire manger des légumes aux enfants !! -en grugeant mouhaha-)

Au niveau du goût cela me fait penser au pâtisson. L’aspect est vraiment bluffant ! On croirait des vrais spaghettis !

Aujourd’hui une recette toute simple pour un soir de semaine où on a pas forcément le temps de cuisiner. La courge cuit au four (cela évite l’épreuve du découpage !) et un pesto savoureux fait en deux-deux !

Ingrédients (pour 2 personnes)

- une petite courgette spaghetti
- 1 petit bouquet de basilic
- 5 cuiller à soupe d’huile d’olive
- 3 cuiller à soupe de poudre d’amandes
- 1 gousse d’ail
- 50 g de pecorino

Préparation :

Laver la courge et la couper en deux. Retirer les graines à l’aide d’une cuiller. Mettre les deux morceaux sur un plaque allant au four. Mettre à cuire 30 minutes à 180°.

Une fois la courge spaghetti cuite  prélever la chair filandreuse à la fourchette ou à la cuillère. Vous obtenez un « spaghetti végétal ».

Saler, poivrer, ajouter une pincée de curcuma et mettre le tout sur feux doux, pour que les spaghettis restent chauds.

Préparer le pesto en écrasant au pilon les autres ingrédients.

Servir tout de suite.


Hey en parlant de PASTA !

Vous regardez Masterchef ? Vous connaissez Adrien ?

1209128_658608220851276_1444495430_n

Adrien est fou de cuisine du Sud-Ouest et de l’Italie. Tombé dans la marmite des pâtes quand il était enfant, le candidat lot-et-garonnais de la 4ème saison de Masterchef vient de publier son livre de recettes « Pasta & Co ».

Pour acheter ce livre rendez-vous ici.
Retrouvez Adrien sur sa page Facebook
Pour suivre son actualité, connectez-vous à son compte Twitter.

Panzani à Poêler à la puttanesca

panzaniapoeler-puttanesca-2012

Souvenez-vous : au début de l’été je vous parlais d’un sympathique concours organisé par la célèbre marque Panzani mettant à l’honneur une de leur gamme : les Panzani à Poêler « L’opération Poêlante Panzani ».

Panzani Operation Poelante

De nombreux blogueurs lifestyle et cuisine, ont eu la chance de recevoir un drôle de colis : un joli écrin dans lequel était glissé un………… collier de nouilles !!! Et une invitation à un concours de cuisine. Ces passionnées de cuisine avait la consigne suivante : imaginer une recette avec un paquet de savoureuses panzanis à poêler : tortis, penne, coquillettes. Les meilleures recettes ont par la suite été désignées, et les meilleurs blogueurs sont maintenant invités à la dernière étape du concours : une finale qui aura lieu en fin de semaine à Paris.

Les finalistes devront s’affronter autour d’épreuves de cuisine avec les panzanis à poêler. J’ai la chance de faire partie du jury de ce concours, et pour tout vous dire je n’ai qu’une seule hâte : que l’on soit le jour J pour cette journée poêlante. Les heureuses finalistes sont  :
- Carine de chichichocolat
- Ophélie de Philomavie
- Alice d’Alice au pays des délices
- Tiphaine de Gourmandiserie
- Noémie de Ma popotte gourmande

Ce week-end j’ai imaginé également une recette de pâtes avec nos délicieuses panzani à pôeler. Faciles et rapides à préparer, les Panzani à poêler se font « vite fait, bien fait » et se mangent « sans modération » ! MIAM ! J’ai donc imaginé une recette « Panzani à poêler à la puttanesca », vous m’en direz des nouvelles !

Plus d’infos sur les panzanis à pôeler ici http://www.apoelerpanzani.com/ ou sur facebook 

Panzani à Poeler Package 3 Produits

Ingrédients : (Pour deux personnes)

- 5 tomates fraiches
- 1 petit oignon
- 3 grosses gousses d’ail
- 60 cl de bouillon de légumes
- 2 cuiller à soupe d’huile d’olive de Nyons
- 250 g de Penne à Poêler
- 1 dizaines d’olives noires dénoyautées et coupées en 3
- 2 cuillers à soupe de câpres égouttés
- piment de Cayenne en poudre
- sel, poivre
- 1 branche de basilic frais haché
- 6 filets d’anchois hachés

Préparation :

Émonder les tomates : laver puis retirer le pédoncule de chaque tomate en vous aidant de la pointe d’un petit couteau. Puis, faire une petite croix en enfonçant très légèrement la lame à l’opposé du pédoncule.
Faire bouillir une grande casserole remplie d’eau. Préparer une saladier d’eau bien fraiche. Plonger les tomates 30 secondes dans la casserole. Les sortir avec un écumoire. La peau doit commencer à se détacher de la chair à l’endroit de la croix. Déposer immédiatement les tomates dans le saladier d’eau froide. Enlever la peau des tomates. Couper en dès. Réserver sur du papier absorbant.

Peler l’oignon et le hacher. Peler l’ail, le degermer et le hacher finement. Réchauffer le bouillon.

Dans une grande sauteuse mettre l’huile d’olive à chauffer. Y faire blondir les oignons. Ajouter ensuite les panzanis à pôeler, et l’ail et les faire dorer. Ajouter les tomates en dès, le bouillon, les olives, les câpres, assaisonner de bon goût. Laisser cuire 5 à 6 minutes, en mélangeant de temps en temps : les pâtes doivent être moelleuses. En fin de cuisson ajouter le basilic et les anchois. Servir sans attendre !

Panna cotta au basilic (agar agar), tuile et pesto aux pistaches

Je me suis achetée un énorme pot de basilic qui embaume ma cuisine… L’odeur qui s’en dégage m’a inspiré cette petite recette ! Une entrée délicate, légère et fraiche pour l’été !

Pour faire cette panna cotta, veillez à prendre des feuilles de basilic frais pour les faire infuser dans la crème… C’est le secret pour réussir la recette, et que le goût soit au rendez-vous !

Ingrédients : (pour 6 personnes)

Pour les panna cotta :
- 30 cl de lait
- 20 cl de crème entière liquide
- 20 feuilles de basilic frais
- 40 g de parmesan râpé
- 1 c à c rase d’agar agar en poudre (= 2g)

Pour les tuiles : (pour 12 tuiles)
- un blanc d’oeuf (30 à 33 g)
- le même poids en farine
- le même poids en beurre
- 1 cuiller à café de pistaches mondées hachées

Pour le pesto :
- 1 gousse d’ail pelée et dégermée
- 15 feuilles de basilic frais
- 2 cuillers à soupe de pistaches mondées hachées
- 2 cuillers à soupe de comté râpé
- huile d’olive de Nyons

Préparation :

Dans une casserole mettre à chauffer le lait et la crème. Y diluer l’agar en poudre et ajouter le parmesan râpé et les feuilles de basilic pour les faire infuser. Au premiers bouillons :maintenir le frémissement pendant un vingtaine de secondes puis passer le mélange au chinois. Verser le mélange dans des verrines et laisser reposer au réfrigérateur pendant minimum 3h.

Faires préchauffer le four à 180°. Mélanger les ingrédients ensemble pour faire une pâte homogène. Sur une feuille de cuisson silicone, étaler la pâte avec le dos d’une cuiller pour former des tuiles très fines, saupoudrer d’un peu de fleur de sel et de pistâche haché et faire cuire entre 4 et 5 minutes.

Pour le pesto travailler ensemble les ingrédients dans un mortier.

J’ai servi ma panna cotta avec ma tuile pistache, de la roquette et un carpaccio de tomates anciennes vertes et jaunes, et un peu de fleur de sel.

Veau à la provencale et carrés de polenta croustillants au pesto

Je plaint ma pauvre Emilie. Installée à Londres elle ne trouve pas facilement de viande de veau. Elle ne peux donc pas cuisiner de petites blanquettes et se régaler avec son chéri (heureusement ils trouvent pleins de crevettes et de morceaux de poulet et de boeuf !).

Personnellement je ne pourrais pas me passer de la viande de veau. C’est une viande moelleuse et délicieuse. L’hiver j’en cuisine souvent. Je fais de la blanquette traditionnelle, de la blanquette citronné au basilic frais et du sauté de veau Lisbonne (au chorizo), du veau marengo.
Aujourd’hui je vous présente une nouvelle recette de veau : un veau à la provençale.

Je l’ai servi avec des morceaux de polenta (chez moi on dit « polente) revenu à la poêle.

Pour ceux qui ne connaissent pas la polenta (j’en ai parlé au boulot et mes copines Picarde m’ont regardé avec des yeux tout ronds comme si j’étais une extra terrestre… elles non plus ne connaissent pas la polenta), il s’agit de semoule de maïs à grains fins ou moyens  qui se présente sous forme de bouilli (comme une sorte de purée) ou sous forme de galette (la polenta se durcit un peu en refroidissant… ainsi on peut la couper en carré et losange et la faire revenir à la poêle… c crousti moelleux trop bon !).

La polenta vient d’italie. C’est un féculent qui peut accompagner un bon boeuf daube ou une viande en sauce. On peut aussi la présenter en canapés, en gratin (comme des lasagnes, Polenza sur la Cuiller en bois, Gratin de polenta à la viande sur l’internaute) ou même en dessert (Polenta aux abricots de Cyril Lignac)
Elle se consomme nature ou parfumé au fromage (emmenthal, beaufort ou parmesan…), aux herbes (ail, persil ou basilic…) ou avec des truffes ou pourquoi pas des olives noires ou tomates séchées.

Vous la trouverez au rayon pâtes/riz/semoule dans les hypermarchés.

Assez de bla-bla, la recette :

Ingrédients (pour 4 personnes):

Pour le veau à la provençale
- 600 à 800 de veau (viande à blanquette)
- 6 tomates
- 1 petite carotte
- 2 gousses d’ail
- 1 gros oignon
- 20 cl de vin blanc
- 1 cuiller à soupe de concentré de tomates
- 2 cuillers à soupe d’huile d’olive
- un bouquet garni (feuilles de laurier et branches de thym)
- 1 pointe à couteau de piment d’espelette
- sel, poivre

Pour la polenta
- 125 g de polenta
- 50 cl de lait
- 55 g de parmesan
- 2 cuillers à soupe de pesto
- 2 cuillers à soupe d’huile d’olive
- 10 g de beurre

 

Préparation :

Peler puis hacher l’oignon en petit morceaux. Laver puis peler les carottes et les couper en rondelles. Peler et hacher l’ail trés finement.

Émonder les tomates, les peler les couper en morceaux.

Dans une sauteuse faire chauffer un peu l’huile d’olive. Y faire revenir les oignons. Ils doivent rester translucides. Ajouter les rondelles de carottes, l’ail haché. Faire revenir pendant 4-5 minutes et ajouter la viande. La laisser dorer un peu.

Déglacer avec le vin blanc. Ajouter le bouquet garni, le piment d’espelette, le concentré de tomates et les tomates fraîches.

Baisser le feu et laisser mijoter à feu doux pendant 30 à 40 minutes.

Préparation de la polenta : Porter à ébullition 30 cl de lait. Verser la polenta en pluie et remuer avec une spatule en bois. Continuer ainsi pendant 3 à 4 minutes jusqu’à ce que la polenta se décolle des parois de la casserole.

Ajouter le pesto et le parmesan. Étaler la pâte sur une grande plaque beurré sur deux centimètre d’épaisseur. Laisser sécher pendant 2 ou 3 heures (ou une heure au frais).

Découper la polenta en carrés. La faire revenir 3 à 4 minutes à la poêle dans de l’huile chaude.

Velouté de courgettes au chèvre frais

12

J’ai une mauvaise et une bonne nouvelle. Mauvaise nouvelle : l’hiver est là. Bonne nouvelle : l’hiver est là.
Alors certes : il fait super froid. On a ressorti l’écharpe, les gants et on se tâte à mettre le bonnet. Surtout de bon matin quand on attend son bus ou son train. On a mis en route le chauffage à la maison et on se met sous une couverture pour regarder la télé : l’hiver est là.
Mais il faut aussi se dire que c’est la saison du potiron, des bonnes petites soupes, des marrons chauds, des clémentines, de la tartiflette et tout les bons petits plats. On est bien chez soit avec un thé et des petits gâteaux. Il fait froid mais bientôt ça sera le marché de noël ses pains d’épices et son vin chaud. A la maison on s’apprête à sortir la pâte de coings, les petits chocolats, les marrons glacés. C’est l’hiver.

Je vous l’avoue : je n’aime pas l’hiver ni les soupes mais cette année j’ai pris la résolution de l’apprécier. Cela se ressent dans ma cuisine car j’ai des idées originales… Notamment ce petit velouté de courgette au petit billy. Vous m’en direz des nouvelles !
C’est la soupe qui se mange en silence tellement elle est délicieuse !
Je suis sûre qu’elle serait engloutie en moins de deux par les enfants les plus récalcitrants. Ce n’est pas une soupe : c’est du pûr bonheur.

J’aime la courgette car elle se cuisine trés facilement. On peu la relever avec du curry, la faire à la provençale, la marier avec du chèvre quelle gourmandise !
Je rajoute quelques herbes fraîches… le tour est joué.

Ingrédients : (pour 4 à 6 personnes)

- 1kg de courgettes
- 2 pommes de terres (facultatif)
- 1 petit oignon
- 1 cuiller à soupe d’huile d’olive
- 12 feuilles de menthe
- 6 feuilles de basilic
- 1/2 botte de ciboulette
- 150 g de chèvre frais type Petit Billy
- bouillon de légumes
- 1 verre de lait

Préparation :

Laver les courgettes et les pommes de terre. Peler entièrement les pommes de terre, et un sur deux pour les courgettes.
Couper les pommes de terres en cubes de 3 cm et les courgettes en rondelles. Couper grossièrement l’oignon.

Dans une cocotte faire chauffer l’huile d’olive. Y faire revenir l’oignon et les pommes de terre. Mouiller avec le bouillon et ajouter les courgettes.
Laissez cuire 20 minutes.

Passer les légumes et une partie du bouillon au blender. Ajouter le lait et le fromage de chèvre. Mixer.

Si la soupe est trop épaisse rajouter du bouillon et mixer à nouveau.

Goûter et rectifier l’assaisonnement.

Servir nature ou avec des croûtons aillés par exemple.