Mon Masterchef (Emission 3)

Jeudi 1 septembre 2011 était diffusé le 3ème épisode de Masterchef. Après les éliminations de Colin et de Jérôme, nous sommes 19 candidats en course. Notre rêve : être élu meilleur cuisinier amateur de France. A la clès : 100.000 euros, une formation dans une grande école de cuisine et l’édition du livre de ses propres recettes. Bref de quoi nous lancer dans nos projets : restaurant, bar à vin, traiteur à domicile etc…

Mon projet serait de pouvoir ouvrir un salon de thé proposant des pâtisseries ultra gourmandes et colorées : cupcakes, cookies, cheescakes, brownies… Je me bat pour pouvoir réaliser ce rêve ! Cela va être très dur de défendre ma place contre des personnes avec lesquelles je partage cette passion dévorante de la cuisine. J’ai beaucoup d’estime et de respect pour chacun : pour leur personnalité toutes autant différentes les une des autres, pour les projets qu’ils défendent, pour leur cuisine et leur technique ! Ils mettent comme moi du cœur dans la cuisine…

La semaine commence par l’épreuve de la boîte-mystère. Cette épreuve a été rendue célèbre par la première saison de l’émission. Il s’agit de réaliser une recette en une heure à partir des ingrédients qu’elle contient. Lorsque je soulève ma boite je me retrouve nez à nez avec un poulpe ! Je l’avoue, je n’en ai jamais cuisiné ! Est-ce qu’il faut le battre pour l’attendrir ? Je ne sais pas ! Peut-être que cela m’aiderait à déstresser ;) En tout cas ce qui est sûr c’est qu’il va falloir le cuire longtemps : cinquante minute voir une heure dans de l’eau bien bouillante. Ça tombe bien nous avons pile poil une heure pour cuisiner : ca va donc être très très serré !

Avec Paul (le poulpe) nous avons la joie de découvrir d’autres ingrédients : de l’ananas, un oignon, du chorizo, du foie de morue, du riz, des pommes de terre, un citron, du beurre, des fèves, et des asperges vertes… Vite il faut trouver une idée !

Je suis installée à côté de Louisa pour cuisiner. Sa bonne humeur et son sourire me booste. Je vais partir sur un « Poulpe et son velouté vert, beurre parfumé » et en accompagnement un riz poêlé aux foie de morue. (voir la recette Poulpe et son velouté vert, beurre parfumé ici sur le site de tf1 Masterchef)

Je commence par couper la tête de Paul et lui retirer son bec situé entre les tentacules à l’aide d’un couteau. Je retire la peau. Pour les tentacules : dilemme ? Je les tâte et les ventouses sont dures comme du bois. Ça a l’air impossible à manger on dirait des os ! C’est décidé je ne cuisinerais que la tête, je me servirais des tentacules de l’animal pour faire un fond de sauce avec un oignon haché, parfumé au citron et à l’ananas puis passé au chinois et monté au beurre. Mon beurre parfumé sera très bien avec mon poulpe poché !

Je prépare mon velouté pommes de terres, fèves, asperges, je garde mes tête d’asperges que je cuit rapidement à l’anglaise et que je plonge dans de l’eau glacée (pour stopper la cuisson et pour fixer la chlorophylle). Je dresse me velouté avec mes têtes d’asperges, au milieu mon poulpe taillé en rectangle, et son riz poêlé. Je décore avec mon beurre parfumé, et des dés de chorizo dorés au four.

Verdict des chefs « votre poulpe est noyé ». Apparemment la présentation ne leur plait pas, mais le goût est au rendez-vous, et je m’en sors bien.

Mon ami Jeff n’a pas la même chance. Déjà bien titillé la semaine dernière par le jury, les caméras, et les journalistes, il n’est pas très serein. Pendant l’épreuve il se laisse déconcentrer par les caméras et perd du temps. Son assiette ne séduit pas le jury et il est envoyé en épreuve sous pression.

Bruno reçoit les félicitations du jury. La cuisson de son poulpe est parfaite, et ses asperges sont bien brillantes. Bien joué !

Je suis déçue pour mon pote Jeff. Mon stress grandi après mon passage en interview, entre les deux épreuves. Si jamais je me loupe sur la prochaine épreuve, je me retrouverais contre lui en test sous pression ! L’un de nous deux devra partir, et ça c’est impossible !

J’arrive sur la seconde épreuve de la journée toute tremblante. Les chefs nous demande de dresser avec élégance et originalité du riz au lait. Nous avons des framboises, des fraises, du coulis d’abricot, de la menthe et 15 minutes pour épater les chefs ! Lorsque j’arrive dans la réserve, les emportes pièces ont tous été pris. Ça commence mal ! Je perds du temps à préparer une brochette de fruits, pour le dressage du riz au lait je me plante il ne me reste pas assez de temps pour faire quelque chose de joli. Le riz coule, c’est la cata. J’ai honte de moi quand je présente mon assiette aux chefs !

Sans grande surprise je me retrouve contre Jeff en test sous pression. Les chefs ne valident pas non plus l’assiette de Sabrina. Nous sommes 3 à nous affronter. L’épreuve est éliminatoire. Les chefs décident de nous tester sur une épreuve du CAP de cuisine. L’objectif est de reproduire un navarin d’agneau sans instructions en une heure. Nous disposons d’un plat de référence que l’on peut goûter.

Moi qui adore les plats traditionnels je suis servie ! J’ai révisé mes classiques : poule au pot, pot au feu, boeuf bourguignon… Le navarin ne me fait pas peur. Braiser ? Tourner des légumes ? Glacer les carottes et les navets ? Cuire les haricots à l’anglaise et fixer la chlorophylle ? Pas de problème ! Je goûte le plat de référence, les légumes sont al dente… Je comprends que la technique est très importante dans cette épreuve, et qu’il faut maîtriser le braisage.

Je me lance dans la réalisation du plat, sous les encouragements de mes amis. Comme d’habitude cela me donne des ailes… Je ne me bats pas contre les autres mais contre moi même, pour me dépasser, aller vite, faire bien, montrer que je maitrise mes techniques. J’essaie de reproduire le navarin à l’identique.

Je prend du coup un plaisir immense à cuisiner, et faire de mon mieux pour montrer que je connais les techniques ! Je me donne à fond… A la fin de l’épreuve je pleure d’émotion car je suis fière de moi ! J’ai tout donné mon navarin bien dressé, et il est gouteux… Que je sorte ou que je reste je m’en fiche… je sais que je me suis donnée à 100% ! (Voir la recette du Navarin d’agneau sur le site de Masterchef ici)

Le jury goute mon plat et me reproche la cuisson des légumes, hum hum… Encore une fois c’est mal parti pour ma pomme… pour des légumes ! ;)

Finalement, les trois plats sont élégants et tiennent la route. Mais il faut bien un perdant. Celui qui est un peu en dessous, c’est celui de Jeff et il doit partir. A peine le temps de se dire aurevoir et mon ami est déjà parti.

Je suis extrêmement déçue pour lui. Je pense que malgré l’acharnement qu’a eu le jury sur lui il part la tête haute : son premier plat à Masterchef a été élu coup de cœur du jury parmi ceux des 100 meilleurs cuisiniers amateurs de France, il a été un très bon chef d’équipe qui a emmené ses coéquipiers à la victoire avec une « chuchette charolaise » qui restera dans les mémoires ! Un jeune homme très soigneux, positif, et gourmand.

Nous avons à peine de le temps de nous changer qu’il faut nous aussi partir. L’épreuve par équipe nous emmène au Fort national de Saint-Malo. Pour cette épreuve nous devons réaliser une entrée et un plat à base d’huîtres pour les jurés et six ostréiculteurs de la région en moins de 2 heures afin d’éviter la marée. Notre équipe est menée d’une main de maître par Karim.

Nous sommes la première équipe à livrer les plats au juré : « tartare d’huîtres et St-Jacques et espuma iodé » en entrée et en plat des « huîtres au sabayon gratinées, pointes d’artichauts tournés et petits pois ». Les rouges, dirigés par Bruno, se retrouvent les pieds dans l’eau. Pourtant, ils remportent l’épreuve avec des « huîtres en tempura et sarrasines de Saint-Jacques » et en plat « une huître en terre et mer, écume iodée et déclinaison d’artichauts ».

Mon équipe se retrouve donc en test sous pression. C’est le troisième test que je subit. Nous devons reproduire la recette du chef Alberto Herraïz, chef étoilé du restaurant parisien « El Fogon », la paëlla à la valencienne (voir la recette du chef Alberto Herraïz sur le site de Masterchef ici). Le candidat ayant le moins convaincu le jury quittera définitivement le jeu.

Ce spécialiste du riz, va jusqu’à scruter les grains au microscope pour vérifier leur cuisson. La pression est donc à son comble ! Eric réalise la meilleure recette, tandis que Karim et Katia sont en ballotage ! C’est finalement la jeune et adorable chti qui quitte l’aventure ! Je suis très émue encore une fois, car nous perdons une candidate authentique, passionnée, et très sympathique. Son tempérament et sa personnalité vont me manquer.

Rendez-vous jeudi soir prochain à 20h45 sur Tf1 ! Vous pouvez également suivre mes péripéties sur ma page facebook Emilie cupkilleuse.fr, j’y ai mis quelques photos, des recettes et des zigouigouis ! A très vite !!! 

onglet-facebookjaime

Un énorme merci pour vos messages, SMS, commentaires, pigeons voyageurs, qui me vont DIRECT droit au ♥ ! Jeudi 1 septembre 2011 4,8 millions de gourmands (22,5%) ont regardé l’émission ! Merci à : mes amis, ma famille, les sportifs du vit’halles, les masterpotes, les Romanais, les cops d’enfance, du Malraux, du Triboulet, de Troyes, d’Amiens… et les autres !

4 réflexions au sujet de « Mon Masterchef (Emission 3) »

  1. J’ai regardé l’emission et c’était vraiment très stressant!!!! alors j’imagine à votre place…..
    Encore bravo et bon courage pour la suite vous méritez vraiment votre place !

  2. super émilie!

    Je suis de tout coeur avec toi! J’aime tes crèations, ta personnalitè ,continue, et j’espére que tu vas l’ouvrir ce salon de thé!

  3. J’ai regardé l’emission et c’était vraiment très stressant!!!! alors j’imagine à votre place…..
    Encore bravo et bon courage pour la suite vous méritez vraiment votre place !

  4. super émilie!

    Je suis de tout coeur avec toi! J’aime tes crèations, ta personnalitè ,continue, et j’espére que tu vas l’ouvrir ce salon de thé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>