Archives pour la catégorie Riz, pasta & co.

Panzani à Poêler à la puttanesca

panzaniapoeler-puttanesca-2012

Souvenez-vous : au début de l’été je vous parlais d’un sympathique concours organisé par la célèbre marque Panzani mettant à l’honneur une de leur gamme : les Panzani à Poêler « L’opération Poêlante Panzani ».

Panzani Operation Poelante

De nombreux blogueurs lifestyle et cuisine, ont eu la chance de recevoir un drôle de colis : un joli écrin dans lequel était glissé un………… collier de nouilles !!! Et une invitation à un concours de cuisine. Ces passionnées de cuisine avait la consigne suivante : imaginer une recette avec un paquet de savoureuses panzanis à poêler : tortis, penne, coquillettes. Les meilleures recettes ont par la suite été désignées, et les meilleurs blogueurs sont maintenant invités à la dernière étape du concours : une finale qui aura lieu en fin de semaine à Paris.

Les finalistes devront s’affronter autour d’épreuves de cuisine avec les panzanis à poêler. J’ai la chance de faire partie du jury de ce concours, et pour tout vous dire je n’ai qu’une seule hâte : que l’on soit le jour J pour cette journée poêlante. Les heureuses finalistes sont  :
- Carine de chichichocolat
- Ophélie de Philomavie
- Alice d’Alice au pays des délices
- Tiphaine de Gourmandiserie
- Noémie de Ma popotte gourmande

Ce week-end j’ai imaginé également une recette de pâtes avec nos délicieuses panzani à pôeler. Faciles et rapides à préparer, les Panzani à poêler se font « vite fait, bien fait » et se mangent « sans modération » ! MIAM ! J’ai donc imaginé une recette « Panzani à poêler à la puttanesca », vous m’en direz des nouvelles !

Plus d’infos sur les panzanis à pôeler ici http://www.apoelerpanzani.com/ ou sur facebook 

Panzani à Poeler Package 3 Produits

Ingrédients : (Pour deux personnes)

- 5 tomates fraiches
- 1 petit oignon
- 3 grosses gousses d’ail
- 60 cl de bouillon de légumes
- 2 cuiller à soupe d’huile d’olive de Nyons
- 250 g de Penne à Poêler
- 1 dizaines d’olives noires dénoyautées et coupées en 3
- 2 cuillers à soupe de câpres égouttés
- piment de Cayenne en poudre
- sel, poivre
- 1 branche de basilic frais haché
- 6 filets d’anchois hachés

Préparation :

Émonder les tomates : laver puis retirer le pédoncule de chaque tomate en vous aidant de la pointe d’un petit couteau. Puis, faire une petite croix en enfonçant très légèrement la lame à l’opposé du pédoncule.
Faire bouillir une grande casserole remplie d’eau. Préparer une saladier d’eau bien fraiche. Plonger les tomates 30 secondes dans la casserole. Les sortir avec un écumoire. La peau doit commencer à se détacher de la chair à l’endroit de la croix. Déposer immédiatement les tomates dans le saladier d’eau froide. Enlever la peau des tomates. Couper en dès. Réserver sur du papier absorbant.

Peler l’oignon et le hacher. Peler l’ail, le degermer et le hacher finement. Réchauffer le bouillon.

Dans une grande sauteuse mettre l’huile d’olive à chauffer. Y faire blondir les oignons. Ajouter ensuite les panzanis à pôeler, et l’ail et les faire dorer. Ajouter les tomates en dès, le bouillon, les olives, les câpres, assaisonner de bon goût. Laisser cuire 5 à 6 minutes, en mélangeant de temps en temps : les pâtes doivent être moelleuses. En fin de cuisson ajouter le basilic et les anchois. Servir sans attendre !

Risotto au fenouil

2012

Grace à Adrien Gazeau j’ai reçu dans mon panier de Bio Culture – Les paniers bio, des fenouils.

J’ai tout de suite pensé à un risotto, bien crémeux et parfumé, dans lequels je rajoute quelques dès de fenouils croquant pour jouer sur les textures ! Un vrai régal.

A servir avec un filet de bar poélé… Vous m’en dirait des nouvelles.

Ingrédients : (pour 4 personnes)

- 1 beau fenouil chez Bio Culture – Les paniers Bio
- 80 cl de bouillon de légumes
- 1 petit oignon
– une pincée de sel
- 300 g riz carnaroli
- 10 cl vin blanc sec
- 80 g parmesan
- 40 g de beurre
- fleur de sel
- poivre du moulin

Préparation :

Laver et couper le fenouil en 4. Tailler le fenouil en tout petits dès. Réserver 2 cuiller à soupe et garder quelques brins verts pour la présentation.

Faire chauffer le bouillon de volaille à feu doux.

Pendant ce temps, éplucher l’oignon et le ciseler finement. Faire suer l’oignon avec une pincée de sel et 10 g de beurre pendant une minute dans une casserole. Veiller à ce qu’il n’y ait pas de coloration. Ajouter le riz et bien l’enrober de matière grasse pour le nacrer. Déglacer avec le vin blanc. Laisser réduire le vin, presque à sec, pour faire évaporer l’alcool. Puis mouiller avec l’équivalent de un tiers de bouillon chaud petit à petit sans cesser de remuer. Ajouter le fenouil coupé en dès. Laisser le riz asborber le liquide à feu doux, à couvert.

Râper le parmesan. Réserver quelques copeaux pour la décoration.

Surveiller la cuisson du risotto : lorsque le premier tiers du liquide est presque absorbé, ajouter un deuxième tiers. Couvrir et laisser absorber à feu doux.

Lorsque le liquide est à nouveau presque absorbé, goûter le riz pour vérifier la cuisson. Ajouter un peu de bouillon si nécessaire et pour que cela coïncide avec la fin de la cuisson : le riz devra rester souple et crémeux.

Lorsque le riz est cuit (compter entre 15 à 18 minutes en tout), ajouter le restant de beurre en dès et le parmesan râpé mélanger vigoureusement (« mantecare ») riz et fromage à la cuillère de bois. Saler, poivrer, ajouter les dès de fenouil cru réservés. Après 1 ou 2 mn à couvert dresser harmonieusement en assiette creuse avec quelques brins vert et un peu de parmesan râpé.

Risotto aux cèpes séchés

2011

Ingrédients : (pour 4 personnes)

- 1 grosse poignée de cèpes séchés
- 80 cl de bouillon de volaille
- 1 petit oignon jaune
– une pincée de sel
- 300 g riz carnaroli
- 10 cl vin blanc sec
- 80 g parmesan
- 40 g de beurre
- fleur de sel
- poivre du moulin

Préparation :

Mettre les champignons dans un bol d’eau tiède et les laisser se réhydrater.

Faire chauffer le bouillon de volaille à feu doux.

Pendant ce temps, éplucher l’oignon et le ciseler finement. Faire suer l’oignon avec une pincée de sel et 10 g de beurre pendant une minute dans une casserole. Veiller à ce qu’il n’y ai pas de coloration. Ajouter le riz et bien l’enrober de matière grasse pour le nacrer. Déglacer avec le vin blanc. Laisser réduire le vin, presque à sec, pour faire évaporer l’alcool. Puis mouiller avec l’équivalent de un tiers de bouillon chaud petit à petit sans cesser de remuer. Essorer les champignons, les couper en petits morceaux puis les incorporer dans le riz avec leur eau de trempage. Laisser le riz asborber le liquide à feu doux, à couvert.

Râper le parmesan. Réserver quelques copeaux pour la décoration.

Surveiller la cuisson du risotto : lorsque le premier tiers du liquide est presque absorbé, ajouter un deuxième tiers. Couvrir et laisser absorber à feu doux.

Lorsque le liquide est à nouveau presque absorbé, goûter le riz pour vérifier la cuisson. Ajouter un peu de bouillon si nécessaire et pour que cela coïncide avec la fin de la cuisson : le riz devra rester souple et crémeux.

Lorsque le riz est cuit (compter entre 15 à 18 minutes en tout), ajouter le restant de beurre en dès et le parmesan râpé mélanger vigoureusement (« mantecare ») riz et fromage à la cuillère de bois. Saler, poivrer. Après 1 ou 2 mn à couvert dresser harmonieusement en assiette creuse.

Risotto au safran, poivrons et gambas (et au pasataga aussi)

2011

La sensation que je ressens quand j’ai la chance de pouvoir cuisiner pour mes proches est géniale. J’aime cuisiner, et j’aime encore plus cuisiner pour les personnes qui me sont vraiment chères… la famille, les amis, les copains ! Pour ce risotto j’ai été inspirée par une personne qui m’est très chère et qui vient du sud. J’espère lui rendre un hommage d’une belle façon. Cette personne n’est d’autre que mon petit papa !

J’ai dans un premier temps décortiqués mes gambas. J’ai pris soin de laisser uniquement le dernier anneau dessus, j’ai gardé les têtes et les carcasses pour faire une petite bisque parfumée au pastis. Cette bisque m’a servie à cuire mon risotto, qui était encore meilleur que le dernier que j’avais préparé  ! J’ai choisi de le servir accompagné de quelques gambas juste sautées et flambées. C »était délicieux !

 

Ingrédients : (pour 4 personnes)

Pour la bisque :

- les têtes et les carapaces de 16 grosses gambas
- 2 tomates
- 1 cuiller à soupe d’huile d’olive
- 1 échalote finement émincé
- une pincée de sel, poivre
- 1 cuiller à soupe de pastis
- une pincée de piment de Cayenne

Pour le risotto :
- 1 cuiller à soupe d’huile d’olive
- 1 échalotte finement émincé
- une pincée de sel
- une capsule de safran
- 300 g riz arborio
- 7 cl vin blanc sec
- 20 cl de lait de coco non sucré
- 70 cl de bisque de gambas
- 1/3 de poivron vert
- 1/3 de poivron rouge
- 1/3 de poivron jaune
- 30 g parmesan
- 30 g de beurre

Pour les gambas :
- 16 gambas
- une pincée de piment de Cayenne
- fleur de sel
- poivre du moulin
- 1 cuiller à soupe de pastis

 

Préparation :

Décortiquer les gambas en veillant à ne laisser que le dernier anneau et la queue. Retirer les boyaux à l’aide d’un petit couteau et réserver les bêtes au frais. Garder les têtes et les carapaces pour la bisque. Émonder les tomates et les couper en dès. Peler et ciseler l’échalote.

Dans une sauteuse faire chauffer l’huile d’olive, y faire revenir sans coloration l’échalote avec une pincée de sel et ajouter les carapaces et les têtes de gambas. Les faire revenir 3 minutes à feu vif. Poivrer, ajouter le piment de Cayenne et les tomates émondées en dès. Mouiller avec le pastis et lorsque l’alcool est évaporé couvrir à 3/4 de hauteur d’eau. Laisser mijoter à feu doux. Lorsque le liquide a réduit de moitié, passer le tout au chinois en foulant fortement. Mesurer 7 dl de liquide.

Mélanger le lait de coco et la bisque afin d’obtenir 9 dl de liquide (soit 3 fois plus de liquide que de riz). Faire chauffer ce mélange à feu doux dans une grande casserole.

Pendant ce temps, peler et ciseler l’échalote,  peler les poivrons et les couper en tout petits dès. Réserver.
Faire suer l’échalote avec une cuiller à soupe d’huile d’olive et une une pincée de sel dans une grande casserole pendant une minute, sans coloration, ajouter le riz, bien l’enrober de matière grasse pour le nacrer, puis déglacer avec le vin blanc. Laisser réduire presque à sec pour faire évaporer l’alcool. Ajouter le safran. et mouiller avec l’équivalent de 1/3 de liquide chaud petit à petit sans cesser de remuer. Laisser le riz asborber le liquide à feu doux, à couvert.

Râper le parmesan. Réserver quelques copeaux pour la décoration.

Surveiller la cuisson du risotto : lorsque le premier tiers du liquide est presque absorbé, ajouter un deuxième tiers. Couvrir et laisser absorber à feu doux.

Assaisonner les gambas de fleur de sel et de piment de Cayenne puis les faire revenir dans une poêle chaude avec un filet d’huile d’olive pendant 3 min, flamber au pastis. Réserver au chaud (au four à 120°).

Lorsque le liquide est à nouveau presque absorbé, goûter le riz pour vérifier la cuisson. Ajouter un peu de liquide si nécessaire et pour que cela coïncide avec la fin de la cuisson : le riz devra rester souple et crémeux. Ajouter également les poivrons en dès.

Lorsque le riz est cuit (compter entre 15 à 18 minutes), ajouter le beurre en dès et le parmesan râpé mélanger vigoureusement (« mantecare ») riz et fromages à la cuillère de bois. Goûter et rectifier l’assaisonnement. Après 1 ou 2 mn à couvert dresser harmonieusement en assiette creuse : déposer sur le risotto les gambas, quelques copeaux de parmesan.

Risotto aux asperges vertes, à la citronelle et au lait de coco, servi avec des crevettes sautées

2011

Aujourd’hui j’ai décicidé de cuisiner un légume dont je suis particulièrement fan et qui est de saison (du mois d’avril à la fin du mois de juillet) : l’asperge verte, plus ferme que les asperges blanches, et qui possède une saveur marquée et une pointe presque sucré.

Pour préparer les asperges verte il suffit de couper le talon puis de les laver simplement à l’eau claire, et les réunir en botte.

Pour conserver leur couleur et leur texture, il faut les faire cuire aussi peu de temps que possible (de préférence dans un cuit-vapeur). Sinon utiliser une grande casserole remplie d’eau bien salée, faire bouillir à vive allure, pour une cuisson rapide. Une fois l’eau à ébullition, la durée de cuisson varie entre 12 et 18 minutes selon la variété, la qualité, la fraîcheur et le diamètre des asperges. On peut disposer les bottes d’asperge verticalement dans l’eau avec les pointes hors de l’eau ainsi les tiges cuisent à l’eau et les pointes à la vapeur (la pointe qui est beaucoup plus tendre mais moins de temps à cuire). Ajouter de l’eau chaude si necessaire pendant la cuisson, si il y a une évaporation.

Pour vérifier la cuisson il suffit de piquer dans une des asperges avec le pointe d’un couteau de cuisine : si on y pénètre doucement comme dans du beurre, c’est que la cuisson est à point.

Astuce : pour conserver leur belle couleur aux asperges vertes, les arroser d’eau glacée juste après les avoir retirées de l’eau de cuisson.

Mes asperges sont cuisinées en risotto avec un bon riz italien cuit à feu doux avec un peu de vin blanc et du parmesan frais râpé. J’ai parfumé mon plat de saveurs asiatiques (citronnelle et lait de coco). Vous pouvez le servir accompagné de quelques crevettes juste sautées. C’est délicieux !

Ingrédients : (pour 4 personnes)

- 3 petits oignons nouveaux finement émincé
– 1 baton de citronnelle
- une pincée de sel
- 300 g riz arborio
- 20 cl de lait de coco non sucré
- 70 cl de bouillon de légumes
- 10 cl vin blanc sec
- 30 g parmesan
- 30 g de beurre
- 1 litre d’eau
- 10 g de gros sel
- 750g asperges vertes fraîches (1 botte)
- 2 cuiller à soupe d’huile d’olive
- 16 crevettes
- fleur de sel
- poivre du moulin

Préparation :

Mélanger le lait de coco et le bouillon de légumes dans une casserole afin d’obtenir 9 dl de liquide (soit 3 fois plus de liquide que de riz). Faire chauffer ce mélange à feu doux.

Pendant ce temps, hacher la citronnelle très finement, éplucher les oignons nouveaux et les ciseler finement aussi. Faire suer l’oignon et la citronnelle avec une pincée de sel pendant une minute dans une casserole. Veiller à ce qu’il n’y ai pas de coloration. Ajouter le riz et bien l’enrober de matière grasse pour le nacrer. Déglacer avec le vin blanc. Laisser réduire le vin, presque à sec, pour faire évaporer l’alcool. Puis mouiller avec l’équivalent de un tiers de liquide chaud petit à petit sans cesser de remuer. Laisser le riz asborber le liquide à feu doux, à couvert.

Râper le parmesan. Réserver quelques copeaux pour la décoration. Décortiquer les crevettes et retirer les boyaux à l’aide d’un petit couteau et les réserver au frais. Cuire les asperges au cuit-vapeur ou à l’anglaise dans une grande casserole remplie d’eau bien salée (1 litre d’eau et 10 g de sel) à vive allure, pour une cuisson rapide (compter entre 12 et 18 minutes selon le type et la taille des asperges). Réserver au chaud.

Surveiller la cuisson du risotto : lorsque le premier tiers du liquide est presque absorbé, ajouter un deuxième tiers. Couvrir et laisser absorber à feu doux.

Assaisonner les gambas de fleur de sel et de poivre, puis les faire revenir dans une poêle chaude avec un filet d’huile d’olive pendant 3 min. Réserver au chaud (au four à 120°).

Lorsque le liquide est à nouveau presque absorbé, goûter le riz pour vérifier la cuisson. Ajouter un peu de bouillon si nécessaire et pour que cela coïncide avec la fin de la cuisson : le riz devra rester souple et crémeux.

Lorsque le riz est cuit (compter entre 15 à 18 minutes en tout), ajouter le beurre en dès et le parmesan râpé mélanger vigoureusement (« mantecare ») riz et fromages à la cuillère de bois. Après 1 ou 2 mn à couvert dresser harmonieusement en assiette creuse : déposer sur le risotto les pointes d’asperges, quelques copeaux de parmesan. Ajouter quelques asperges en dès et les crevettes chaudes.

Frites de polenta au fromage

2011

Connaissez-vous la polenta ou polente ? Il s’agit de semoule ou farine de maïs, que l’on cuisine beaucoup en Suisse, Savoie, à Nice, ou en Italie.

Nature ou crémeuse, elle peut être servie chaude, cuite au bouillon ou au lait ou encore en galettes revenues à la poêle, ou frite. Chaque région a sa préparation particulière.

J’aime beaucoup cuisiner la polenta, l’étaler sur une plaque, la laisse redroidir et en faire des carrés poêlés comme sur cette recette de « Veau à la provencale et carrés de polenta croustillants au pesto« .

J’ai imaginé cette fois une polenta parfumée au fromage (fromage à pâte pressée cuite ou pâte dure) coupé en forme de frites et cuite en friteuse à 180° pour qu’elles croustillent ! 

Une tuerie atomique comme dirait un ami à moi ! Pour les fromages je vous laisse le choix : parmigiano reggiano, Beaufort, Pécorino, Beaufort, gruyère… Personnellement je suis fana de Comté, je vous laisse donc deviner lequel je prefère cuisiner… ;)

Ingrédients (pour 2 personnes) :

- 35 cl de lait
- 25 cl de crème épaisse
- 30 g de beurre
- 100 g de Polenta
- 20 g de fromage (je prend du comté 12 mois d’affinage)
- sel, poivre
- huile neutre (pour la friture)

Préparation

Porter le lait et la crème à ébullition. Saler, poivrer. Ajouter la polenta en pluie. Mélanger sans discontinuer, à feu trés doux, à l’aide d’une cuiller en bois, jusqu’à ce que la polenta devienne épaisse et que se forment des bulles dans la casserole.

Ajouter en dernier le comté râpé, en fin de cuisson. La polenta est cuite lorsqu’elle se détache de la paroi de la casserole et forme une boule compacte et lisse. Verser  cette préparation sur une plaque épaisse de 1 cm au moins, préalablement graissée. Laisser reposer au frais 1 heure minimum (plus c’est mieux), puis démouler, et couper la polenta qui a durcie en forme de frites.

Cuire les frites de polenta soit en friteuse à 180° soit dans une poêle avec un peu d’huile spéciale friture pour qu’elles soient dorées, puis les poser sur du papier absorbant après cuisson. Servir immédiatement :

Ravioles farcies aux champignons et aux noix

2010

Pour tout vous dire cela fait un moment que j’avais envie d’essayer de faire, des ravioles maison. La pâte, la farce, le montage… Un sacré defit culinaire non ?

Influencée par Anne, la gagnante de Masterchef en France cette année, et ses « Ravioles farcies à la pancetta, sauce tomate à la romaine et légumes sautés« , je me suis lancée dans cette préparation !

Mon bilan : le plus dur c’est de faire une pâte avec une bonne consistance… pas trop humide, pas trop sèche… qui puisse s’étaler sans coller. Donc il faut y aller doucement si l’on rajoute de l’eau à la pâte.
Pour étaler la pâte : il faut être très patient et très soigneux… Sinon la pâte colle ! Attention à étendre la pâte le plus finement possible ! Plus la pâte est fine, meilleures et agréables à manger seront les ravioles !

Si l’aventure vous tente, suivez cette recette ! Très franchement : le goût est magique ! Et c’est une expérience très enrichissante !

Ingrédients (pour 10 ravioles, soit pour deux personnes)

Pour la pâte :
- 100 g de farine ou de semoule de blé dur
- 1 œuf moyen bien frais
- Si nécessaire : un peu d’eau (l’équivalent d’une cuiller à soupe)
- Une pincée de sel

Pour la farce :
- 1 gousse d’ail
- 1 noisette de beurre
- 120 g de petits champignons de paris
- 1 cuillère à soupe de persil haché
- 40 g de comté râpé
- 30 g de cerneaux de noix

Pour accompagner :
- une échalote
- 1 noisette de beurre
- le vert d’une botte de blettes
- quelques champignons de paris (pour la décoration)
- 2 cuiller à soupe de crème fraiche épaisse.

Préparation :

Peler et hacher la gousse d’ail. Hacher grossièrement 120g de champignons et 30 g de noix. Dans une poêle faire fondre la noisette de beurre et y faire revenir un peu l’ail. Ajouter les champignons et les faire revenir. Saupoudrer de persil et de noix. Stopper la cuisson.

Passer cette préparation quelques secondes au mixeur pour en affiner la texture. Cette farce à raviole ne doit pas être trop liquide et garder une certaine consistance. Y ajouter le comté râpé et mélanger. Réserver.

Préparer la pâte à ravioles : mélanger l’œuf avec la farine et la pincée de sel pour obtenir une pâte homogène. Si la pâte paraît friable, ajouter de l’eau très progressivement. Si au contraire elle paraît trop humide, ajouter un peu de farine. La pâte doit être souple et non collante. Laisser reposer 10 minutes au frais. Puis étendre cette pâte à ravioles le plus finement possible avec un rouleau à pâtisserie sur un plan de travail fariné, ou avec une machine à pâte. En vous aidant d’un emporte pièce cannelée, y découper des cercles d’un diamètre de 6 ou 7 cm.

Confectionner les raviolis : en vous aidant d’un pinceau de cuisine, mouiller le bord des ronds de pâte. Déposer une cuiller à café de farce au champignons sur la pâte. Replier le cercle en deux de façon à former un chausson. Presser les bords pour bien les souder et pour ne pas que la farce s’échappe à la cuisson… Farinez les ravioles au fur et à mesure.

Faire chauffer de l’eau dans une grande casserole. Lorsque celle-çi est bouillante y plonger les ravioles et cuire 5 min.

Peler et hacher l’échalote.  Dans une poêle faire fondre la noisette de beurre et y faire revenir un peu l’échalote. Ajouter les verts de blettes, baisser le feu et laisser fondre les feuilles.

Dans la poêle qui a servi à préparer la farce aux champignons, déposer les quelques champignons entiers que vous avez réservé pour la décoration et les faire revenir. Déglacer avec la crème fraîche. Chauffer la sauce à feu doux.

Dressage : déposer au centre de l’assiète un nid de feuilles de blettes, par dessus, en cercle les ravioles aux champignons et aux noix, arroser de sauce et disposer quelques champignons pour la décorations.

Riz jaune aux épices Indiennes

Une trés grande envie d’indien depuis quelques temps et du temps devant moi… Il n’en fallait pas plus pour que je me consacre à un repas indien. En accompagnement de ma viande un riz blanc ne me tentait pas. J’avais envie de riz parfumé et coloré.

Ingrédients (pour 4 personnes) :

- 300 g de riz thaï
- 20 g de beurre
- 50 g de cacahouète (facultatif)
- 2 cuillers à soupe de raisins secs
- 4 cuillers à café de curcuma
- 1 étoile d’anis étoilé
- 6 clous de girofle
- 1 morceau de cannelle
- sel, poivre

Préparation :

Dans une casserole faire bouillir de l’eau salée (5 volumes d’eau pour un de riz), ajouter l’anis, les clous de girofle, le morceau de cannelle et une cuiller à café de curcuma.

Laisser cuire le riz en se réferant au temps indiqué sur le paquet.

Concasser grossièrement les cacahuètes.

Égoutter le riz et lui incorporer le beurre, les raisins secs, le curcuma, et les cacahuètes.
Saler et poivrer et servir aussitôt.

Spaghettis bolognaise

Un bon plat de pâte : il y a rien de mieux ! Surtout quand on a pas le temps de faire de la grande cuisine et qu’on a trés faim.
Voiçi un classique : les spaghettis à la bolognaise.
Je suis cette recette depuis toujours. En été j’aurais plutôt tendance à utiliser du basilic frais. Mais j’aime aussi utiliser du laurier et du thym pour parfumer ma sauce.
Dans tout les cas j’utilise des tomates fraîches.

Pour pimenter un peu je met une bonne cuillère à café de sauce pimentée chinoise.

La sauce est encore meilleure réchauffée.

Ingrédients (pour 2 amoureux affamés) :

- 2 steaks hachés
- 3 tomates
- 1 demi carotte
- 1 oignon
- 1 gousse d’ail
- 1 petite boite de concentré de tomates
- 1 brin de thym
- 4 feuilles de laurier
- 1 cuiller à soupe d’huile
- spaghettis
- 30 g de parmesan râpé
- du fromage rapé (pour les gourmands et quand on en a dans le frigo)
- 1 petit peu de piment
- sel et poivre

Préparation :

Laver les tomates. Les peler et les couper en dés.
Peler l’ail et l’oignon. Les hacher.
Laver, peler et couper la carotte en petit dés.

Dans une sauteuse faire chauffer l’huile et y faire revenir les oignons et les carottes pendant 4 min. Ajouter la viande et la faire dorer pendant 3 ou 4 min à feu vif.
Enfin, ajouter les tomates, le concentré de tomates, un verre d’eau et les herbes.

Laisser mijoter une heure.

Enfin de cuisson faire bouillir une grande casserole d’eau. Y mettre les spaghettis et faire cuire selon le temps de cuisson indiqué sur le paquet.

Dans une assiette dresser de la façon suivante : mettre les spaghettis, verser la sauce au milieu. Saupoudrer avec le parmesan râpé.